samedi 4 décembre 2021

Quand on parle des soft skills dans le contexte de la défense et de la souveraineté

Dans le dossier de La Jaune et la Rouge de ce mois de novembre et intitulé "Défense & Souveraineté", Florian Maillarbaux (2009), État-major des armées, partage ses convictions forgées notamment par plusieurs opérations (OPEX) en Centrafrique et en Guyane lors de ses cinq années passées en régiment (8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (8e RPIMa) de Castres, 9e régiment d'infanterie de marine (9e RIMa) de Cayenne) après la sortie de l'X.

Comme notre camarade Florian, on pourra se demander si "des structures rigides et hiérarchisées  [sont vraiment antinomiques] avec l'humain,  la primauté du collectif et l'expression de valeurs fortes [dans un contexte]  d'efficacité et de résilience des organisations" [1].

On se rappellera alors qu'en décembre 1972, à l'US Army Air Defense School, Fort Bliss, Texas, le CONARC ( US Continental Army Command) tenait une conférence sur la formation et l'entrainement aux soft skills [2].

 


[1] Crises : s’inspirer des méthodes militaires, Florian Maillarbaux (2009), Dossier : Défense & Souveraineté, La Jaune et la Rouge, N°769 Novembre 2021

[2] CONARC Soft Skills Training Conference, Final Report, 1973 , Defense Technical Information Center, DoD, USA