vendredi 4 septembre 2020

Chaîne de valeur d'une session de soft skills

 

 

Pour assurer la meilleure réponse aux attentes des participants lors d'une session de soft skills, on peut suivre un processus en quatre étapes : 

  1. réalisation de travaux de recherche (psychologie, sociologie,...)
  2. conception et préparation des sessions (environnement, outils matériels, outils numériques,...)
  3. recrutement et formation des coachs,
  4. production des sessions.

 

Pour une session de soft skills, l'expérience d'un coach munis de ses propres soft skills suffit parfois pour contenter le professionnel qui fait appel à ses services.

Néanmoins, la connaissance de travaux de recherche antérieurs, souvent de nature académique, ou le recours à des outils conceptuels, numériques ou matériels édités par des tiers, peut notablement enrichir la prestation de coaching et en augmenter considérablement l'efficacité.

Ainsi pour une session adressant les soft skills "coopération" ou "empathie", on pourra consulter les travaux du psychologue américain Rensis Likert, des experts en management Paul Hersey et Ken Blanchard , du psychologue américain Elias Porter, Robert Blake et Jane Mouton [1].

Pour délivrer une session de soft skills selon le processus ci-dessus, il est clair que la réalisation de chaque étape demande des talents et des ressources qui lui sont spécifiques. 

Aussi, dans le cadre d'une concurrence où l'excellence doit être recherchée à chaque étape, les acteurs se sont-ils spécialisés, faisant naître ainsi une chaîne de valeur [2].

 

[1] Session X-Soft-Skills ("Coopération" et "Empathie"), X-Soft-Skills

[2] Ed Tech ou la désintégration de la chaine de valeur de la formation professionnelle, X-Open-Innovation, 17 avril 2019

Les billets les plus consultés